Frédéric Lordon : le journalisme post-politique

27 novembre 2016

De Frédéric Lordon, Politique post-vérité ou journalisme post-politique ? :

Ce que le journalisme « de combat » contre la post-vérité semble donc radicalement incapable de voir, c’est qu’il est lui-même bien pire : un journalisme de la post-politique — ou plutôt son fantasme. Le journalisme de la congélation définitive des choix fondamentaux, de la délimitation catégorique de l’épure, et forcément in fine du gardiennage du cadre. La frénésie du fact-checking est elle-même le produit dérivé tardif, mais au plus haut point représentatif, du journalisme post-politique, qui règne en fait depuis très longtemps, et dans lequel il n’y a plus rien à discuter, hormis des vérités factuelles. La philosophie spontanée du fact-checking, c’est que le monde n’est qu’une collection de faits et que, non seulement, comme la terre, les faits ne mentent pas, mais qu’ils épuisent tout ce qu’il y a à dire du monde.

Derrière les phrases un peu longues et le ton agacé, l’article entier est une réflexion intéressant sur les rapports du « journalisme post-vérité » et de la fin des idéologies.

De ce que j’en comprends, l’argument est que si tant d’énergie est mise à nous convaincre que rien ne peut plus changer, qu’il faut se plier à la réalité, celle qui reconduit le monde tel qu’il est – n’est-il pas inévitable que les votes finissent par se tourner vers les candidats qui proclament malgré tout la possibilité de faire changer les choses ?

Discussion, liens, et tweets

J’écris des sites web, des logiciels, des applications mobiles. Vous me trouverez essentiellement sur ce blog, mais aussi sur Mastodon, Twitter, parmi les Codeurs en Liberté, ou en haut d’une colline du nord-est de Paris.