Javascript - un problème de poids

9 avril 2006

Comme vous l’avez remarqué, j’utilise beaucoup Javascript en ce moment… et comme tous les utilisateurs de librairies complexes, je me suis trouvé confronté au problème du poids des scripts. Une bonne librairie Javascript peut faire parfois jusqu’à 200 Ko, ce qui prend plus d’une minute à charger pour une connexion 56K.

Ce billet présente quelques méthodes et conseils pour minimiser ce problème.

Le cache

La première astuce, évidemment, est d’utiliser au maximum le cache du navigateur. Après tout, un gros CSS peut aller jusqu’à 20-30 Ko, mais il n’est chargé que lors de l’affichage de la première page du site - pour les pages suivantes, la version en cache est utilisée.

Il peut donc être au final rentable d’utiliser une librairie lourde, mais complète. On la charge ainsi en première page, cela prend un peu de temps, mais ensuite elle sera réutilisée tout au long du site. Deux inconvénients cependant : le Javascript doit être parsé par le navigateur à chaque page, même s’il n’est plus téléchargé, ce qui prend du temps ; de plus, si la première page ne s’affiche pas rapidement, le visiteur peut être tenté d’aller voir ailleurs.

La compression

Une autre idée est de compresser les fichiers Javascript. Il ne s’agit pas ici d’une compression ZLIB ou autre, mais d’une réduction de la taille du code, tout en le conservant sous forme de texte. La plupart des compresseurs Javascript enlèvent les commentaires, les espaces inutiles et les sauts de ligne ; certains, plus avancés, renomment les variables internes, pour gagner encore un peu de place. Un bon compresseur peut parfois diviser le poids d’un gros fichier Javascript par deux.

Le meilleur compresseur Javascript est sans doute ShrinkSafe, par l’équipe de Dojo. Il est basé sur un interpréteur Javascript, et non pas sur des expressions régulières plus ou moins hasardeuses, comme beaucoup d’autres compresseurs. En utilisant ShrinkSafe, j’ai par exemple fait passer la totalité du code de script.aculo.us de 171 Ko à 99 Ko, ce qui est extrêmement appréciable, en particulier pour les 56K.

Utiliser des librairies légères

Identifier précisément ses besoins permet d’utiliser la bonne librairie, et donc d’adapter le poids du Javascript. Si vous envisagez de bâtir un site faisant appel à des effets visuels riches et à des requêtes Ajax fréquentes, l’utilisation du couple script.aculo.us/prototype est tout à fait envisageable, pour les raisons de cache exposées ci-dessus. En revanche, si vous ne voulez intégrer que quelques effets simples à un endroit précis, ou seulement une requête Ajax particulière, il est inutile de forcer le téléchargement d’une librairie complète.

Moo.fx est une librairie d’effets graphiques de 3 Ko seulement. Elle permet d’utiliser des effets de redimensionnement et de fondu, de les combiner, et de les implémenter facilement. Il devient donc tout à fait enviseagable d’intégrer des effets visuels à une page seulement : moo.fx se charge aussi rapidement qu’une petite image. Elle n’est de plus pas compressée, on peut donc réduire encore un peu sa taille en utilisant ShrinkSafe. Son seul point faible est le manque d’exemples, la documentation est en revanche assez complète.

Conclusion

En résumé, l’utilisation d’un compresseur Javascript permet de diminuer le temps de chargement des librairies Javascript. Après, si l’on compte utiliser intensivement effets et Ajax, mettre en cache une librairie complète est une bonne idée ; pour des effets poncutels, il vaut en revanche mieux adopter une librairie légère, comme Moo.fx.

Discussion, liens, et tweets

J’écris des sites web, des logiciels, des applications mobiles. Vous me trouverez essentiellement sur ce blog, mais aussi sur Mastodon, Twitter, parmi les Codeurs en Liberté, ou en haut d’une colline du nord-est de Paris.