Joel Spolsky et les standards du Web

17 mars 2008

Ah, les trolls sur les standards du Web… “Mon navigateur est mieux que le tien”, “IE6 est bogué jusqu’au trognon”, “IE8 ne va pas respecter les standards”… Joel Spolsky, faisant écho au récent débat sur le mode standard par défaut d’Internet Explorer 8, analyse longuement la situation, et explique surtout pourquoi il n’y a pas de bonne solution. Rapide résumé des idées présentées :

Les idéalistes et les pragmatiques

Logo du W3CLe débat a lieu entre deux clans, les idéalistes et les pragmatiques ; ceux prônant un respect strict des standards quoi qu’il en coûte et ceux qui pensent aux applications réelles et à la rétrocompatibilité. En substance, Spolsky pense que le modèle standard prôné par les idéalistes n’existe pas : contrairemement à de nombreux standards, il n’existe pas d’implémentation de référence des standards Web. Il est donc difficile de tester la conformité à ces standards, qui n’existent que sur le papier.

Selon Spolsky, les idéalistes (le “clan MSDN”) ont déjà gagné par le passé, par exemple en demandant le respect par défaut des standards dans IE8, ou de nouvelles API pour Vista. Ceci a minimisé la rétrocompatibilité, et contribué aux critiques de ces produits.

Le poid des acquis

Logo Internet Explorer 7Que faire, alors ? Et comment assurer la compatibilité des sites existants tout en continuant à améliorer le support des standards du Web dans les navigateurs ?

La solution pour préserver la compatibilité, d’après Spolsky, est de la ré-établir comme valeur cardinale — et de créer de nouveaux modes isolés des anciens plutôt que d’améliorer (et de briser) sans cesse l’existant. Concrètement, cela revient à préserver le mode par défaut d’IE7 dans IE8, et à conserver l’idée d’un sélecteur optionnel dans les pages Web pour activer le mode le plus standard. Même si, sous la pression de la communauté, IE8 bêta respecte finalement les standards par défaut, Spolsky est convaincu que ce choix est irréaliste, et que Microsoft reviendra sur cette décision lors de la sortie de la version finale.

Aller plus loin

L’article est intéressant — mais oublie de mentionner tous les détails de la solution finalement retenue par Microsoft pour IE8. Bien sûr, le mode le plus standard (et donc brisant certains sites) est activé par défaut, mais un sélecteur simple à intégrer dans une page Web permet de l’afficher en utilisant le mode IE7. Alors certes, certaines pages ne sont pas éditables (trop anciennes, sur CD-ROM, etc.), et cette solution demande un léger travail d’édition. Mais elle permet tout de même, en une ligne de HTML, de rendre un site “compatible” avec IE8. Bref, l’alternative “compatible” ou “brise-tout” n’est pas aussi marqué que le présente Spolsky.

D’autre part, l’article exhibe des images de sites complètement brisés sous IE8, comme Google Maps — preuves qu’un mode respectueux des standards conduirait irrémédiablement à une absence de compatibilité. Mais il y a bien d’autres navigateurs qui respectent bien mieux les standards, et sous lesquels ces problèmes n’apparaissent pas. Google Maps fonctionne impeccablement sous Firefox 3 bêta ou sous Safari, qui sont connus pour bien mieux respecter les standards qu’Internet Explorer. Il doit donc être possible de respecter les standards et de maintenir la compatibilité, puisque d’autres l’on fait — et les problèmes d’IE8 sont sans doute plus liées à son statut de bêta et aux nombreux changement dans le code qu’à une incompatibilité intrinsèque liée aux respect des standards.

Discussion, liens, et tweets

J’écris des sites web, des logiciels, des applications mobiles. Vous me trouverez essentiellement sur ce blog, mais aussi sur Mastodon, Twitter, parmi les Codeurs en Liberté, ou en haut d’une colline du nord-est de Paris.